Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Zelba
  • Le blog de Zelba
  • : Sur ce petit coin de la toile, je conte des tranches de vie, parfois drôles, parfois tristes, souvent vraies, rarement fabulées... le tout en images et en textes, puisque c'est de la BD !
  • Contact

Commander mes livres

4 bd zelba

 

 

 

 

 

 

  "Jeanne et le jouet formidable" se commande chez votre libraire ou, si ce premier ne le fait pas, sur Amazon.

Droits d'auteur

Je rappelle à mes adorables lecteurs que les images de ce blog ne sont pas libres de droits. Merci !

 

badge-co2 blog rose 125 blc

 

 

 

bannière

Pour Voir Mes Illustrations...

14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 17:02

erziehung1

erziehung2

erziehung3

 

 

Et vous ? Avez vous eu des fessées ? Arrive-t-il que vos enfants en aient ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mina 06/08/2012 11:39


Oui j'ai eu des fessées quad j'étais petite. J'avais bien mal, mais je n'en veux pas à mes parents. Je les avais mérité et en quelque sorte ça m'a permis de grandir !


Par contre un jour ils m'ont expliqué que j'étis trop grande pour les fessés et que si je faisais des grosses bétises j'aurais des baffes. et bien ce n'est jamais arrivé ! J'étais devenue sage,
enfin !

Audrey K 01/04/2011 22:33



aaaaah Zelba, c'est toujours un vrai plaisir de te lire! je suis trèèèès admirative de la façon dont tu amènes des sujets sérieux avec subtilité, et comme tu crée un espace conviviale avec ton
lecteur! c'est pas facile d'avoir des commentaires, et toi tu déclenche des discussions très intéressantes! BRAVO!


 


pour ma part je n'ai pas d'enfants, mais j'ai fais pas mal de baby-sitting et j'ai aussi encadré des enfants pour un séjour classe verte avec une amie... j'y ai appris quelque chose de
fondamentale pour moi


je n'ai jamais eu à me mettre en colère ou à m'énerver pour montrer mon autorité aux enfants. mon amie par contre, s'énervait, parfois à juste titre, mais tout ce qu'elle déclenchait était encore
plus de vacarme...


je crois que le tout est de choisir les "codes" que l'on établit avec l'enfant. si je choisis de m'énerver et de crier pour témoigner à l'enfant que ce qu'il fait n'est pas bien, alors il
attendra systématiquement que je m'énerve et que je cri pour déterminer que ce qu'il fait ne passe pas... ce sera toujours la "limite" qu'il cherchera à atteindre


mes parents ne nous frappaient pas (j'ai des frères et soeur) ma mère n'avait qu'à faire "les gros yeux" pour qu'on se calme, et en cas de force majeur elle sortait le martinet, là c'était
qu'elle était TRES en colère!! mais elle n'a jamais eu à l'utiliser. la seule menace suffisait. par contre, la plus grosse punition était une fessée de mon père. mon petit frère s'en ai prit une
une fois parce qu'il avait été viré de sa classe en primaire pour avoir trop fait le pitre... moi je l'ai frôlée, mais j'ai rectifié le tire avant hihi... c'est peut-être pour ça que pour moi, la
colère et la violence ne sont pas des réflexes...


maintenant, je comprends bien que garder des enfants 1 semaine et éduquer ses propres enfants ne pose pas les mêmes difficultés... le stress, la fatigue, la tension etc... ça peut arriver de
perdre son sang froid ou de ne plus voir d'autres solutions... mais je crois que la fessée est une solution à court terme qui fait des dégâts à long terme. mais nous sommes humains hein, c'est
pas toujours aussi simple je me doute...


en tout cas je crois que tu es une très bonne maman et le fait même que tu te poses la question montre que tu souhaites le meilleur pour tes enfants! alors bon courage et mille bisous!!! merci
pour ce bon moment ;)



Zelba 02/04/2011 15:28



Audrey K : Wow ; ça c'est du commentaire ;) Merci beaucoup pour ton témoignage et toutes les gentillesses ! Je culpabilise de ne pas mettre des histoires bien longues en ligne, ces derniers
temps. Mais il me faut une cinquantaine de pages inédites pour le livre, et je n'ai pas le temps de faire et des histoires longues pour le blog et des histoires longues pour le livre... ça
reviendra, promis !


Biiiiz !



amertum 25/09/2010 19:05




Bonjour Zelba,


D'abord merci pour ton blog, j'aime vraiment beaucoup le dessin et les idées. La manière dont tu exprimes les choses me plaît vraiment. Je t'idéalise peut-être mais j'aurai souhaiter avoir une
femme comme toi :p


Pour en venir à la fessée, j'ai un fils de 2 ans et demi qui est très turbulent et très forte tête en ce moment. J'ai une éducation stricte mais libre dans la pensée. Le but de l'éducation étant
d'obtenir un adulte autonome, avec une force de caractère, une ouverture d'esprit, une culture... Bref, qu'il puisse vivre dans sa société et s'y sentir heureux. Et même si le dialogue résout
beaucoup de conflit, par moment la fessée est utile. En tout cas, en face de situation similaire j'ai testé la négociation, l'autorité verbale, le chantage, le coin, la fessée, l'ignorance... Et
bien la méthode qui fonctionne le mieux n'est pas souvent la même. J'y vais donc de façon progressive mais il y a des jours où l'enfant a été très chiant et donc on est moins patient et la fessée
tombe plus vite. C’est le dernier garde fou quand les autres solutions n’ont pas fonctionné. C’est comme notre société. D’abord le blâme, puis la mise à pied, puis une amende, puis le travail
d’intérêt général, la prison avec sursis et la prison avec une durée variable.


J'ai reçu une bonne éducation je trouve. Mes parents m'ont donné des fessées mais elles étaient annoncées à l'avance et donc mérité car cela veut dire que je n'avais pas respecté la limite que
l'on m'avait donnée. Le plus important étant que l'on a toujours pu parler de tous avec mes parents et qu'ils m'ont ouvert l'esprit. C'est pour moi le plus important de donner un sens critique à
l'enfant.


Je suis bien sur contre la violence, mais je pense que notre société à d'autres chats à fouetter que de perdre son temps à légiférer sur la fessée.


Je finirai en disant qu'il est moins pire à mon sens d'être un parent strict qui ne joue pas avec ses enfants qu'un parent laxiste qui est pote avec ses enfants. C'est pour cela que l'éducation
est beaucoup plus difficile à notre époque car on tisse un lien affectif fort avec nos enfants que les générations précédentes n'avaient pas. Il faut donc être beaucoup plus subtile.



Zelba 26/09/2010 11:20



amertum : Merci pour ton petit roman ^^ Je suis d'accord avec toi ; nous sommes les parents et pas les potes de nos enfants. Cela n'empêche ni la tendresse ni les fou-rires en commun. L'éducation
est le devoir le plus dûr à accomplir, un challenge au quotidien, fatiguant et enrichissant...


Merci aussi pour tes compliments... faudrait que je fasse un post sur toutes mes faiblesses ;)



Sofienne Rida 26/04/2010 15:19



Bonjour Zelba,


 


Ceci va certainement vous intéresser: http://www.huyette.net/article-faut-il-interdire-la-fessee-49217856.html


 


A vous lire bientôt,


Sofienne



Neko 16/04/2010 22:57



Bonsoir.


Le sujet de la fessée et de la violence éducative en générale est bien vaste. Les punitions corporelles font partie encore de nos "traditions" et il est dur d'imaginer faire sans tellement
cela peut paraître normal voire même sain (par exemple on parle souvent de "la bonne fessée"). Cependant, il s'agit tout de même de violence
et ça ne devrait pas être banalisé.


Quand un policier m'arrête pour ne pas avoir respecter le feu rouge, il ne me frappe pas... Pourquoi un enfant n'aurait pas le droit à ce même respect? parce qu'il est petit?


C'est clair que choisir l'éducation non-violente c'est hard car c'est une remise en question perpétuelle de soi, de sa façon de penser, de faire, mais le jeu en vaut la chandelle je pense, et il
existe plusieurs ouvrages trés intéressants qui aident à suivre cette voie là (mon dieu, on dirait que je parle d'une secte! ^_^,)


En tant que maman, je ne suis pas parfaite, oui j'ai mis des fessées à mes enfants aussi et je n'en suis pas fière, mais j'ai bien vu aussi que ça n'arrangeait pas le problème non plus.


En tout cas je suis contente que tu lances le débat même s'il est houleux (quoique sur ton blog les commentaires sont plutôt posés, clairs et argumentés c'est trés agréable, pas de rentre
dedans tout ça)


Et comme c'est la 1ere fois que je commente ton blog,  je rajoute aussi que j'aime beaucoup ton trait et ta façon de penser, c'est trés cliché mais "J'aime beaucoup ce que vous faites!"


 Bonne continuation! =^-^=



Zelba 17/04/2010 18:50



Merci pour ton commentaire, Neko ! Je crois que personne est "fier" de donner des fessées, car c'est toujours une sorte d'échec. C'est quand la parole ne passe plus. Je suis moi aussi contre la
violence, mais parfois les enfants cherchent vraiment la fessée. Quand ma fille (très sage et posée depuis qu'elle était bébé, le contraire de son petit frère qui, lui, a eu quelques fessées)
avait 5 ans, elle a fait quelque chose de très drôle. Un jour, elle s'est mise à tout faire de travers, elle nous enquiquinait où elle pouvait. Au début, nous ne l'avons pas grondé, ça nous
faisait plutôt rire. Mais au bout d'un moment, elle commençait vraiment à nous chauffer les oreilles ! Alors, on l'a grondée, ça ne servait à rien. Mon homme l'a prise par le bras et il lui a
demandée fermement "Qu'est-ce que tu as ? Qu'est-ce que tu veux ?!" Elle a répondu en pleurant "Une fessée !" On s'est regardé avec mon homme et on lui a légèrement tapoté le derrière. Eh ben,
tout allait bien, elle était contente. C'est incroyable, mais c'est vrai ! Cette fessée ne lui a pas fait mal, mais elle l'avait belle et bien réclamée !



L'idiote du village 15/04/2010 21:19



Je ne sais absolument pas comment je me comporterai avec mes enfants mais... disons que dans l'ideal j'aimerais n'avoir jamais à les toucher (d'autant que je ne controle pas trop ma force
alors...); mais l'idée d'une fessée ne me parait pas inconcevable si l'enfant a fait une grosse betise ou quoi...


 


J'ai reçu quelques "roustes" étant petites; des fessées, peut-être des gifles dont je ne me souviens pas trop et qui étaient sûrement justifiées.


Par contre je me souviens d'une fois où ma mère a pété un cable et s'est acharnée sur moi; Je ne sais absolument plus ce que j'avais fait, mais c'était démesuré de toutes façons. (Dans ma tête ça
reste très violent). Avec le recul je n'en veux pas à ma mère; (mais ça c'est une affaire personnelle, elle devait etre fatiguée ou je sais pas quoi. Enfin bref).


 


En fait chez nous dès lors qu'il y avait "punition physique"; ca ne signifiait pas douleur, mais surtout humiliation. (Attention hein pas humiliation genre tu as deshonoré la famille). Ça voulait
dire que vraiment, on était allés trop loin.


 


Je me souviens d'une fois où ma cousine m'a bousculée; je me suis cognée la tête contre un meuble; mon grand-père a eu très peur et l'a fessée (elle devait avoir facile 10 ou 11 ans, donc déjà
grande!). Il faut savoir que mon grand-père est du genre a ne jamais élever la voix; ne jamais s'enerver, un gros bisounours quoi. Ma cousine a pleuré pendant des heures; elle n'avait même pas
senti la fessée; mais le fait que mon papy si paisible ait pu la punir avec une fessée l'avait completement retournée.


Bon tout le monde est équilibré et vit très bien sa vie aujourd'hui hein; personne n'ets mort, et on a appris à jouer plus prudemment!


 


 


Oh lalalala... désolée pour le pavé... mai sj'avais plein de trucs à dire! je trouve la note vraiment très juste et très drôle! :)



Zelba 16/04/2010 09:55



L'idiote du village (quel pseudo flatteur !!!) : Merci pour ton roman ;) La fessée, comme l'a donnée ton grand-père, est certainement souvent une extériorisation d'une grande peur. Je me souviens
d'avoir donné une fessée à mon fils avant de le serrer très fort contre moi quand il a faillit passer sous une voiture (parce qu'il voulait traverser la route sans regarder). Quand on a peur, on
réléchit peut-être moins et réagit plus instinctivement ?!



Parvenu 15/04/2010 19:51



P.S. Zut ! Pardon- j'ai oublié d'enlever mon lien :(



Pénéloppe 15/04/2010 15:10



salut, très joli post,


Pour ce qui est des fessées, j'en ai eu, et j'en donne de temps en temps... quand à la priver de calins ou de bisous ou d'histoire là je trouve que c'est de la bétise et qu'à 4 ans on comprend
pas toujours les liens de cause à effet... Donc chez moi, jamais de coin j'en vois pas l'intéret mais demander 30 minutes de calme en lui confiant un livre et en l'installant dans sa chambre oui
c'est aussi efficace pour calmer maman que bout de chou (la plupart du temps...).


Les claques c'est hors de questions déjà parce que la tête c'est fragile et que les lunettes aussi, une tape sur la main ou une sur le derrière n'a jamais fait de mal à un enfant, y a juste
qu'avec l'âge sa devient humiliant et là il est temps de se servir de la parole...



Zelba 15/04/2010 16:31



Pénéloppe : Merci pour ton commentaire. Je suis entièrement d'accord avec toi !


 


Parvenu : Je n'ai pas effacé tes commentaires pour leur contenu. En revanche, les liens figurants sur ton blog font objet d'une mise en garde par Google France concernant leur contenu.


Merci donc de désactiver ton lien lors de tes prochains commentaires, afin que je puisse les conserver.


Salutations,


Zelba



Citron Pressé 15/04/2010 12:04



J'ai oublié les paragraphes, ne lisez pas. Et excusez-moi.



Citron Pressé 15/04/2010 12:00



Bonjour.


Pour ma part, je n'ai pas d'enfants. Mais de par mon travail, je suis régulièrement en contact avec des parents et leurs enfants. Il y a de tout: du père autoritaire( rare) au laxisme le plus
total( très très courant). Et assez souvent c'est à moi et à mes collègues de jouer les garde-fous. Mon opinion, et elle pourra vous paraître outrancière, c'est que d'une part les enfants ne sont
pas plus bêtes que des chiens, et que les parents ont du mal à renier leurs idéaux. Je m'explique: prenez n'importe quel animal domestique, et ne lui donnez aucune règle à suivre, ou des
punitions dérisoires. Vous obtiendrez alors un monstre incontrôlable. Il déterminera d'abord jusqu'où il peut aller trop loin, et il s'en donnera à coeur joie. Il en va de même pour les
enfants.D'ailleurs nous sommes tous comme ça. Et cela m'amène naturellement au 2e point: les idéaux des parents. Je précise d'emblée que je ne les connais pas tous, n'étant pas moi-même parent.
Ces idéaux, ce sont toutes les illusions dont se bercent tout parent(ex:mon enfant est le meilleur, le plus beau, le plus sage...Cherchez l'intrus), et qui ne sont pas du tout réelles. On peut
aimer son enfant, être un bon parent, et reconnaître les défauts de sa progéniture. Mais certains n'y arrivent pas, ou ne veulent pas renoncer à leur vision idéal, au double sens de parfaite et
irréelle. Et selon moi, la plus pernicieuse de ces illusions est de vouloir être, en plus de leur parent, l'ami des ses enfants. Pour vous donner une idée correcte de la chose, imaginez-vous ami
de votre patron. Ce pourra être très agréable, mais cela n'aura qu'un temps. A la première difficulté, votre patron devra se comporter soit en supérieur hiérarchique, soit en ami. C'est pareil
pour les parents: on ne peut pas demander aux enfants qu'ils considèrent leurs parents commes des potes, sauf quand ils donnent des ordres. Un ami n'a pas d'ordre à donner. Par voie de
conséquence, je vois régulièrement des parents,"ami" de leurs enfants, les laisser commettre les pires méfaits juste à côté d'eux sans réagir. Ces gens-là ont abdiqué leur rôle de parent.


Quant à la pertinence des fessées dans l'éducation, je me crois mal placé pour y répondre. Je me contenterai de rappeler à tous ceux qui ferait mine de considérer l'enfance comme un paradis à la
guimauve que les enfants ont des jeux dangereux, et même se cassent parfois des os, se battent entre eux,etc. Alors une fessée, dans ce maëlstrom de violence... A moins que vous ne prétendiez
régenter la vie tout entière de votre enfant, la violence, votre enfant y sera de toute manière confronté. Perdez cette illusion-là aussi, et acceptez le fait que le monde dans lequel nous vivons
est cruel.


Je m'arrête là, mais il y aurait encore beaucoup à dire. Merci à l'auteur de ce blog, qui est la seule à ma connaissance à parvenir à ce degré d'équilibre entre sujet sérieux, humour et
originalité. Et merci à ses enfants, de l'avoir aussi bien inspirée.



Ayayaye 15/04/2010 11:54



Personnellement je n'ai reçu qu'une fessée de mon père (mais je ne m'en souvient plus) et un tape de ma mère (là, par contre, je m'en souvient). Et ce n'est pas pour ça que je suis mal élevée (du
moins, je n'en ai pas l'impression !)


Je ne sais pas si on peut dire qu'une punition est méritée... Disons, que la fois où maman m'a tapée, quand on en a rediscuté après, elle m'a dit qu'elle a eu l'impression que je me moquait
d'elle, alors que moi pas. C'est donc difficile de dire que c'est mérité je trouve.


Je n'ai pas encore d'enfant (mais ça va bientôt venir ^^), et j'ai l'intention de ne pas les frapper. Mais je sais bien que ça risque de m'arriver quand même un jour où mon enfant m'aura fait
sortir de mes gonds !


Je dirais que ce doit pas être quelque chose de première intention. Et qu'il y a deux poids deux mesures entre une petite tape, parce qu'on a l'impression que le dialogue n'est pas possible, et
la grosse baffe parce qu'on est à bout de nerfs comme ça peut être parfois le cas avec les enfants "battus" (j'ai mis des guillemets parce qu'il y a des enfants qui sont beaucoup tapés et
d'autres qui sont vraiment battus et que je les mets ici dans le même panier)


Voilà pour mon avis !



Reno 15/04/2010 10:13



Je n'ai jamais connu la fessée... Mais entre une petite claque sur les fesses et un harcélement psychologique (beaucoup plus fréquent que les fessées) je préfère la petite tape ! Je connais plus
de gens traumatisés par la pression morale que par les coups ! Donc il faut quand même faire une nuance entre une enfant battu et traumatisé psychologiquement et une petite fessée (avec la petite
note d'humour)


En tout cas les adultes sont plutôt friands des fessées, alors le traumatisme n'est pas si grave... L'oedipe l'est peut être plus ! ;)



K 14/04/2010 23:46



Très mignon :]



Zelba 15/04/2010 09:37



Merci pour vos commentaires !


On arrive à lire à travers vos lignes si vous avez (déjà) des enfants ou pas (encore) ;)



Mademoiselle Perle 14/04/2010 22:06



Ça alors, c'est le sujet du moment! Laurel vient justement de mettre en lien un article du blog d'un Odieux Connard, et qui en parle.Je crois que la fessée, c'est comme tout: il suffit de ne pas
en abuser. Les claques, fessées et autres punitions "corporelles" ne sont pas inutiles, mais elles doivent rester méritées et que l'enfant comprenne pourquoi il reçoit cette punition.
Je crois que l'autre avantage à ce qu'elles restent occasionnelles est qu'ainsi, les enfants s'en souviennent... Je n'ai pas reçu de claques ou de fessées très souvent, mais je me
rappelle de quelques unes, et le seul effet que cela m'ait fait est tout simplement que je n'ai pas recommencé... Je crois être bien élevée, je dis bonjour et je ne crache pas par terre, et j'ai
bien l'intention d'élever mes enfants de façon stricte mais juste, en ayant recours aux fessées si besoin. Et je n'en aurai pas honte...!



Candice 14/04/2010 20:06



J'ai eu des fessées par dessus la couche quand j'étais enfant, autant dire que je n'ai pas senti grand-chose et qu'elles n'étaient du coup pas très efficaces. Par contre ce qui marchait super
bien, c'était la "tape sur la main" que ma mère me donnait quand j'étais plus grande et que je faisais des bêtises. Ca faisait du bruit, pas vraiment mal, mais je finissais toujours honteuse (car
souvent donnée en public) et en larmes après une telle punition. Et après je me tenais à carreaux, c'était plutôt efficace :)


 


C'est la 1ère fois que je laisse un commentaire sur ton blog et j'en profite pour te dire que ça fait longtemps que je lis tes histoires que je trouve vraiment très amusantes et toujours
intelligentes. J'adore !!!



Lili la baleine 14/04/2010 18:36



En tant qu'enfant j'en ai reçu mais je n'en voyais pas toujours la justification du coup c'était dur à accepter ... pour ce qui est de mes propres enfants j'évite autant que possible même si
j'avoue avoir craqué parfois ... mais le résultat n'est jamais bon: moins de confiance donc moins d'écoute. C'est un sujet très long à débattre donc je m'arrête là :) 



Zelba 14/04/2010 19:09



Merci pour vos réactions !


Parvenu : en allemand, le plus proche de ce proverbe est peut-être "Was sich liebt, das neckt sich", non ? Mais "necken" n'est pas physique, c'est plutôt enquiquiner. Je ne suis pas une enfant
battue, j'ai eu mes fessées (souvent bien méritées, même si je suis d'accord avec toi : rien ne mérite la violence physique, mais on ne m'a pas tabassée non plus !). J'ai eu quelques gifles aussi
que j'ai très mal vécues. Je me suis donc jurée de ne jamais frapper quelqu'un dans le visage. Quant aux fessées, je n'ai pas l'impression d'avoir fait quelque chose de pas clair et d'avoir
besoin d'absolution. Oui, j'ai donné des fessées à mes enfants (à mon fils, ma fille ne m'a jamais poussée jusque là !) On entend souvent que c'est mal de donner une fessée, qu'il vaut mieux
exclure l'enfant pour le punir, le mettre au coin ou dans sa chambre. Parfois, j'ai préféré (je parle au passé, car à presque 8 et 9 ans, on règle effectivement nos conflit plus par la parole)
donner une fessée à mon fils, car l'exclure d'une activité ou le priver d'une histoire racontée était beaucoup plus grave pour lui, une vraie torture. Il était capable de pleurer à chaudes larmes
pendant une heure (!!) quand j'ai lu une histoire à sa soeur et pas à lui ! Plus jamais ça !!! Je déteste la violence (physique et psychologique), mais je n'arrive pas à mettre une petite tape
sur les fesses au même plan.



Parvenu 14/04/2010 17:37



J'ai eu plus que des fessées. J'ai eu des raclées incomptables administrées par un père (adoptif, français) violent et incalculable. Je me demande comment ça se fait que beaucoup de mes amis ici
en Allemagne n'ont jamais reçu de gifles ni de fessées lors de leur enfance alors qu'en France, on trouve ça apparamment indispensable. "Qui aime bien châtie bien" est un proverbe français sans
pareil dans ma langue maternelle (et la tienne). J'ai déjà exprimé mes pensées et opinions à ce sur le Blog de Laurel: je pense, excuse moi, que c'est de la faiblesse de taper ses enfants, que
c'est lache et facile et que ça peut marcher très bien autrement. Je pense en outre que quand le respect réciproque est rompu par la violence, c'est une escalation qui se met en route et il n'y à
plus que la terreur qui se fait entendre des deux côtés. Je pense enfin que quand on fait des choses pas claires, on à souvent tendance à en parler pour savoir si d'autres gens son favorables à
ce qu'on a fait. Un peu comme la mère avec ses opinions racistes (avec qui je ne veux néanmoins pas te mettre sur un gradin- c'est juste le principe, le fonctionnement). Excuse si je suis dûr
mais c'est un thème ardent et puis c'est toi qui à demandé :)



Thib 14/04/2010 17:26



...je ne suis pas sûr du titre de la nouvelle ;-)



Thib 14/04/2010 17:23



J'en ai reçu !! Et j'en ai donné ! Parfois avec mauvaise conscience ;-)


Mais là, j'avoue que ton argument me plaît bien !!!


Dans son recueil de nouvelles "les contes du whisky", Jean Ray avait écrit "une main", histoire d'un écrivain qui perdait le contrôle de sa main gauche, jalouse de la droite...