Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Zelba
  • Le blog de Zelba
  • : Sur ce petit coin de la toile, je conte des tranches de vie, parfois drôles, parfois tristes, souvent vraies, rarement fabulées... le tout en images et en textes, puisque c'est de la BD !
  • Contact

Commander mes livres

4 bd zelba

 

 

 

 

 

 

  "Jeanne et le jouet formidable" se commande chez votre libraire ou, si ce premier ne le fait pas, sur Amazon.

Droits d'auteur

Je rappelle à mes adorables lecteurs que les images de ce blog ne sont pas libres de droits. Merci !

 

badge-co2 blog rose 125 blc

 

 

 

bannière

Pour Voir Mes Illustrations...

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 20:32

german00

 

german01

 

german02

 

german03

 

german04

 

german05

 

german06

 

german07

 

german08

 

german09

 

german10

 

german11

... demain matin, je vous mets la suite ! Et pour ceux qui connaissent déjà cette histoire, je promets d'en faire une nouvelle pour jeudi !!!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Virginie 09/04/2010 13:51



Non, malheureusement mon papa ne nous a pas parlé en allemand ni à moi ni à ma soeur, partant du principe qu'il était en France... Du coup je me débrouille pour comprendre et lire l'allemand pour
l'avoir étudié, mais pour parler c'est une autre paire de manches ! Bien dommage, je regrette de ne pas être bilingue !


Et pour ce qui est du rapport à l'identité allemande, ce sont surtout des souvenirs de primaire et de collège, où tout le monde n'est pas très malin (et surtout où les enfants répétent ce qu'ils
ont cru comprendre de ci de là) et où effectivement l'assimilation allemand/nazi était rapide, qu'elle soit assumée, ou le fait d'un manque de connaissances, ou couverte de l'apparence d'une
bonne grosse plaisanterie... qui me mettait hors de moi !


Encore bravo pour ton blog, je me régale : )


Bonne continuation !



Zelba 09/04/2010 13:59



Danke, Virginie !



Virginie 03/04/2010 23:21



Bonjour Zelba !


J'ai découvert on blog il y a quelques jours, et je me régale autant de tes dessins que des histoires, du ton, de l'humour et des sentiments que tu fais naître ici. Ton blog est sans conteste
devenu l'un de mes préférés... Bravo pour ton travail !


Je voulais aussi te dire, combien les deux notes, sur le sentiment de culpabilité, et sur le devoir de mémoire (car c'est bien cette imbrication qui fait je pense toute la complexité de
l'Allemagne) (et par ailleurs, ta dénonciation universelle du racisme était très forte, et belle), m'avaient touchée : fille d'un papa allemand et d'une maman française, même si je fais encore
partie d'une autre génération (j'ai 22 ans), j'ai ressenti tout ce que tu as pu décrire, et j'ai trouvé ça extrêmement beau et juste... Merci.



Zelba 04/04/2010 11:46



Virginie : Merci pour ton gentil commentaire ! Ce qui m'intéresserait : est-ce que tu as été élevée bilingue ? Ou est-ce que le français étant ta langue maternelle a dominé sur l'allemand ? Il me
semble que c'est plus facile d'être complètement bilingue si la langue maternelle n'est pas la langue du pays.


Quant au sentiment de culpabilité, je trouve terrible qu'à 22 ans et vivant en France tu connaisses ce problème. Cela ne devrait plus exister !



Parvenu 02/04/2010 18:20



La RDA, c'était plutôt une plaie fermée ;)


Quant au mec qui déclare qu'il en a marre de se faire culpabiliser pour des trucs qui sont plus vieux que lui, je connais- ce sont les mêmes qu'on entend tenir des propos nationalistes quand ils
croient le moment opportun. J'ai moi-même grandi en tant qu'allemand à bruxelles, à peine une vingtaine d'années après la guerre. Ça faisait beaucoup de temps à l'époque mais maintenant, je sais
que vingt ans ne sont pas tant de temps que celà. Quand on se rappelle la Wende et tout ça, c'est quand même assez proche pour les gens de mon age. Ce que je veux dire, c'est que tous ces zozos
qui m'on fait le coup qu'ils n'avaient plus envie de culpabiliser et patati et patata, ce sont pour la plupart de gens beaucoup plus jeunes qui n'ont jamais vraiment ressenti le mal que beaucoup
de gens avaient encore il y a trente ans et plus envers tout ce qui leur rappelait "les boches". Moi, je l'ai bien ressenti, ce malaise qu'avaient les gens à l'époque. J'ai surtout ressenti qu'il
était réel et que la question n'était pas du tout combien de temps on allait encore nous culpabiliser, mais bien comment on allait guérir la plaie qu'on a créée, ce malaise, cette nausée
héréditaire. La réponse était assez simple: en prenant sa responsabilité d'accepter ce malaise au lieu de le renier et en s'opposant à tout ce qui est nationalisme belliqueux. Voilà. Ouf !!! ;)



Ran Surround 31/03/2010 19:31



Cette BD en plusieurs parties est celle par laquelle je t'ai découverte la première fois que tu l'as mise en ligne. Ma mère est allemande, et au collège, je prenais souvent mal certaines
remarques de mes camarades de classe. Cette histoire m'a donc beaucoup touchée.


Je suis contente que tu la remettes en ligne ici et que tous ces lecteurs venus de chez Laurel (félicitations d'ailleurs, un lien chez Laurel, c'est la consécration ^^) puissent la lire.


Merci pour cette histoire très touchante, et pour tout le reste de tes blogs (celui là et le premier)!



Zelba 31/03/2010 21:37



Ran Surround : eh ben, ça fait un bail qu'on se connaît, alors ! L'histoire doit avoir 2 ans ? Je ne sais plus.


Mes zouzous sont encore loin du collège ; pour le moment, je n'ai pas l'impression que l'on se moque d'eux pour leurs origines mixtes. Pourvu que ça dure... et pourvu qu'ils ne se moqueront
jamais de ceux qui viennent d'ailleurs !



LordPhoenix 31/03/2010 18:58



Le terrain fertile dont tu parles était aussi alimenté par les rancœurs dues au traités de Versailles. Traité particulièrement dur dont la France est à l'origine d'une bonne partie
des exigences les plus extrêmes. Ça a nourri beaucoup de rancœurs qui ont été bien exploité par les nazis. Cela n'explique pas tout c'est certain mais c'est un des multiples éléments
nécessaire pour comprendre cette partie de l'histoire européenne. 


Je trouve d'ailleurs que cela rend la réconciliation Franco-Allemande particulièrement exemplaire. Il est fort probable aussi que cette culpabilité à aussi fortement joué plus tard dans la
politique allemande.


Sinon ce que tu racontes soulève un problème qui est beaucoup plus large. C'est celui de la façon dont l'histoire est enseigné. En France quand j'étais en primaire (y'a 30 en gros) on en était
encore plutôt à glorifier la résistance et à exagérer son rôle mais c'était la fin de cette tendance. Plus tard au collège et au lycée les propos étaient
plus nuancé même s'ils restaient encore assez orienté. 


Mais je trouve qu'en France il y a encore un gros travail à faire de ce coté la que ce soit à propos de la 2nde guerre ou de la guerre d'Algérie (surtout la guerre d'Algérie) mais tant que les
politiques chercheront à réglementer l'histoire ce n'est pas prêt de se faire.



Zelba 31/03/2010 19:14



Merci pour ton petit roman fort intéressant et instructif, Lord Phoenix !


Baronne Zelba ;)



Reno 31/03/2010 18:39



Je disais juste que j'adorais... Si tu ne veux pas avoir les chevilles qui enflent dis toi juste que j'ai des goûts de chiottes ; )


J'ai fais lire ta série "Being german" à plusieurs personnes et ils ont tous des goûts de chiottes puisqu'ils ont adoré aussi !



Reno 31/03/2010 12:21



Wahou !


Je viens de découvrir ce blog et il sort vraiment de l'ordinaire... ça fait plaisir de voir se mêler l'humour, l'émotion, l'histoire et le quotidien avec un triatement original et un style
graphique super soigné !


Je le place dans mon top 5 des blogs BD, et j'en ai vu des milliers.


Bravo et vivement les prochains posts



Zelba 31/03/2010 16:10



Ahlàlà, Reno, et là tu veux que je n'aie pas les chevilles qui enflent ?!!!



Lyla 31/03/2010 10:03



Je ne connaissais pas la honte et la culpabilité transportées par les jeunes allemands même encore au début des années 1990. Constater que le tabou s'applique jusque dans l'utilisation des mots
est surprenant. J'espère qu'aujourd'hui la toute jeune génération s'est remise des misères infligées à toute une nation par un seul groupe d'hommes malveillants. En tout cas, ton témoignage est
des plus instructifs. On ressent le malaise ambiant dans ton récit. Merci pour cette belle page d'histoire d'une civilisation qui mérite qu'on la considère enfin autrement que comme les grands
méchants de l'Histoire.



Zelba 31/03/2010 10:21



Faidit : Merci pour ton témoignage. Je ne crois pas que les jeunes Allemands t'aient regardé comme un "occupant". La honte du passé, on la "célébrait" entre nous, sans voir les Français comme
d'anciens alliés contre l'Allemagne. Mais tu as certainement raison : les cheveux rasés et une uniforme ferment peut-être plus de portes que la maîtrise d'une langue étrangère puisse ouvrir !


Lyla : Mes enfants font partie de la toute jeune génération dont tu parles. Bon, ils grandissent en France, mais ils ont de forts liens avec l'Allemagne. J'aimerais tant leur épargner cet
héritage lourd, sans pour autant les laisser dans l'ignorance du passé. Il y aura un juste milieu à trouver ! Merci encore...



Faidit 31/03/2010 09:59



Hallo, Zelba,


J'ai découvert tes dessins il y a peu, grâce au lien que Laurel a mis sur son blog. Et je l'en remercie car j'aime vraiment beaucoup tes dessins, ton style, ton humour, ton esprit ... ok,
j'arrête ! Je dois ajouter que je trouve cette nouvelle planche admirable.


Je ne connais l'Allemagne que par l'année que j'y ai passée (sans l'avoir choisi) durant mon service militaire à Landau en 1990. J'étais très mal à l'aise dans ma situation de membre d'une armée
d'occupation, bien que d'un point de vue géopolitique ce n'était pas le cas.


J'aurais bien aimé nouer des liens avec les jeunes de la ville, mais mes cheveux rasés ne facilitaient pas le contact pas plus que mon niveau lamentable d'expression dans la langue de Goethe.
C'était pourtant une période fabuleuse pour le peuple allemand et pour l'Europe.


Amitiés


Faidit.



Alexandra 31/03/2010 00:53



Mon premier commentaire =)


Elle est excellente cette BD. Demain je la montrerai aux jeunes avec lesquels je bosse. Je suis animatrice avec des ados et l'an passé ils ont rencontré des groupes de jeunes étrangers. Il y
avait un groupe d'anglais, un groupe d'allemands et un groupe d'israëliens. Ce furent 10 jours mémorables ! Ils ont fait ensemble des sketchs sur les clichés, les idées préconçues et ont tissé
des liens très forts.


Je suis sûre que cette BD va leur parler :)


Bravo en tout cas, ce blog est extra ;)



Zelba 31/03/2010 10:02



Je vous remercie tous pour vos commentaires et  suis très touchée par vos réactions ! J'ai rencontré plein de jeunes et moins jeunes Français qui, eux aussi, voient le passé de leur pays
avec beaucoup de recul et plus qu'un oeil critique.La France est un beau pays, je m'y plaîs énormément... espérons juste que l'autre nain à talonnettes n'arrive pas détruire toutes les valeurs
sociales qui pour moi et pour beaucoup d'autres font l'image de la France !!!


Merci encore de laisser des commentaires ; c'est toujours très encourageant !



Oriane 30/03/2010 23:42



Vivement la suite ! je trouve vraiment interressant ce point de vue que tu nous donne sur l'Allemangne, sur son identité, sur son passé.



Stephgoingwelsh 30/03/2010 22:53



Je compatis. J'ai toujours eu cette impression que l'Allemagne en fait trop avec la culpabilité et la France pas assez!!


On nous bassine les oreilles à longueur de temps sur les atrocités de la deuxième guerre mondiale mais on ne parle que très peu de ce qui se fait  de super bien en Allemagne aujourd'hui et
du coup la seule vision qu'on a du pays se restreint à cette période de l'histoire.


Mais le temps ne s'est pas arrêté et l'Allemagne a fait de grande choses depuis, plusieurs sur lesquelles la France devrait prendre exemple, ne serait-ce qu'en terme de recyclage et de respect
des règles.


 


Il n'y a pas un seul pays au monde qui n'ait pas un passé plein d'horreurs, ce n'est pas le seul lot de l'Allemagne et la France d'hier et d'aujourd'hui n'a absolument aucune leçon à donner de ce
point de vue.


 


en tout cas merci pour votre blog, je l'ai découvert il y a peu grâce à Laurel et je viens vous lire tous les jours depuis.



Lauren 30/03/2010 22:36



Et dire que je n'ai pas parlé de la réunification, die Wende, tu as une très belle image "la plaie ouverte de l'allemagne". Et puis, les moqueries des wessis envers les ossis sur l'accent et les
expressions étranges que tu as du voir aussi. Est ce vrai qu'ils parlaient un vieil allemand? Enfin... un allemand vieux de 40 ans quoi! =)


Encore merciiiiiiii!



Lauren 30/03/2010 22:31



Des frissons en lisant ton post.


J'étudie le droit allemand (oui c'est possible en france!) et dans le cadre de mon cursus, on fait de la civilisation allemande. Tu as tellement bien relaté la honte du drapeau et du vautour des
allemands de ta génération que je suis vraiment émue. Depuis que j'ai commencé à étudier l'histoire allemande on nous apprend ô combien le nazisme a une influence sur la vie des allemands depuis
60 ans déjà. Politique, relations internationales, vie quotidienne, les traces de cette pèriode sont partout. Il est difficile pour nous français et souvent chauvinistes de nous imaginer que
avant la coupe du monde de football les allemands n'osaient pas sortir leurs drapeaux! 


Alors vraiment merci pour ce beau témoignage qui illustre (magnifiquement au demeurant) l'histoire allemande.



mel 30/03/2010 21:59



Je suis tombée sur ce blog récemment, par petitformat.fr, et quelle chouette découverte !


Je ne commente que très rarement, mais je dois bien dire que j'ai beaucoup apprécié la lecture du blog. Cet article m'a beaucoup intéressé, c'est avec plaisir que je reviendrai.



Fabienous 30/03/2010 21:46



Dès que je suis tombée sur ton blog j'ai tout de suite accroché, ayant envie de tout lire et savourer les illustrations!


Merci beaucoup pour ce bon moment à cahque nouveau post!!



Hirundo Rustica 30/03/2010 21:46



Tant en Allemagne qu'auprès d'Allemands en France, j'avais été surprise de voir combien l'Histoire marquait l'esprit des jeunes générations. A quel point la culpabilité ou la honte était là...
Récit émouvant, cela va sans dire ! Je crains un peu la suite, la bêtise envers l'autre (surtout avec accent) attendant au coin de la rue  !  Au plaisir de vous lire !



Gaël 30/03/2010 21:06



La France... L'armée qui tire sur les ouvriers parisiens en 1871... Les boucheries de 14... La collaboration massive, et pire: les résistants de la veille qui retournent leurs veste juste à temps
et toute cette fierté franchouillarde et gaulliste nauséabonde, quand il faudrait ramper de honte... L'Indochine, l'Algérie, les tortures, les Arabes dans la Seine à Paris même, les bombes
nucléaires sur les atolls... Aujourd'hui, Sarkozy, Besson...
Quand on me demande, je suis Breton, s'il faut vraiment être quelque chose. Parce que, non seulement je hais la France pour ses basses oeuvres, mais aussi pour ses "gloires": la bouffe et les
fripes, sans déconner, tu parles d'une "culture". On voudrait nous voir fiers des "prouesses" d'une élite parisienne. Personnellement, les restaus 3 étoiles ne sont pas de mon monde et je
m'habille, comme la moitié des gens sur cette terre, chez H&M.


Alors loin de moi l'idée de faire le fier face à quelqu'un qui n'a pas le même passeport.